分享

【法中对照】《恶之花》AU LECTEUR 致读者

 五者自居 2020-07-14

《恶之花》AU LECTEUR 致读者

【法】夏尔·波德莱尔 著

杨松河 译


 

  

La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.

Sur l'oreiller du mal c'est
Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent!
Aux objets répugnants nous trouvons des appas;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d'une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons,
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encore brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins
C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie.

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde;

C'est l'
Ennui!- l'œil chargé d'un pleur involontaire,
Il rêve d'échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
- Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère!

 

 

 

 

 

致读者*

 

 

是愚蠢,是荒谬,是罪恶,是吝啬,

占领精神世界并把肉体折磨,

我们亲自将可爱的悔恨养活,

犹如叫化子给虱子供吃供喝。

 

罪恶顽固不化,悔过疲乏懒散;

我们招供要求得到丰厚回报,

我们却欣欣然走进了泥泞道,

以为低贱的眼泪可洗清污点。

 

恶枕之上便是超级魔王撒旦,

常把我们的思想摇得喜洋洋,

而我们的意志本是金属富矿,

却被这位化学大师化作云烟。

 

正是魔鬼提线操纵我们行动!

恶心的东西反觉得富有魅力;

每天我们朝地狱下一步阶梯,

黑夜臭不可闻,穿越竟无惶恐。

 

犹如一个穷困潦倒的浪荡子,

又吸又啃旧娼受虐待的乳房,

我们求欢偷鸡摸狗顺手牵羊,

就像恨不得榨干一只老橙子。

 

挤成团,密如麻,好比万虫麇集,

我们脑中群魔乱舞酩酊大醉,

而且,胸中死神,利用我们呼吸,

长驱直下,流水无形,叹如闷雷。

 

强奸,放毒,凶杀,放火无恶不作,

早已构成了啼笑皆非的图象,

若说尚未绣在我们的命运上,

全都怪灵魂,唉!不敢明目张胆。

 

但是那一只只豺狼,斑豹,猎狗,

还有猴子,蝎子,秃鹫,以及毒蛇,

怪兽嘶鸣,怒吼,噑叫,爬行不迭,

我们罪孽的动物园藏污纳垢,

 

其中一只更丑,更凶残,更卑劣!

虽不张牙舞爪也不呼天呛地,

但它专爱把大地捣得稀巴碎,

只需一个呵欠就能吞下世界;

 

这就是厌烦!——泪眼汪汪无心肺,

它抽着水烟却梦见了断头台。

你认得它,读者,这离奇的妖怪,

——虚伪读者,——我的同类,——我的兄弟!

——————————

*这是一首十二音节诗,每节四行,押环抱韵(abba)。最早发表在1855年6月1日的《两个世界评论》,十八首《恶之花》的开篇。此诗开宗明义,为《恶之花》诗集的总纲,读懂这首诗至关重要。诗人一语道破周围的精神世界已经被愚蠢、荒谬、罪恶和吝啬占领,并在折磨着人们的灵与肉。到处可见强奸、放毒、凶杀(原文是匕首)、放火的罪恶活动,精神动物园关押着七类怪兽:豺、豹、狗、猴、蝎、鹫和蛇,象征着傲慢、嫉妒、恼怒、懒惰、贪财、贪吃、贪色等七种恶习。而怪中之怪,首推“厌烦”二字。见什么都心烦,见什么都气恼,见什么都讨厌,对什么都厌倦,这就是诗人挥之不去的“世纪病”。尽管物质世界灯红酒绿,但精神每天都向地狱迈进一步。读者和诗人都犯有这种流行病,只不过读者虚伪,羞于启齿,而诗人坦诚,一吐为快罢了。诗人心中的“恶”,不仅仅是指刑事犯罪,而是泛指一切社会弊病,特别是人们的精神病态。诗人要把西方世界普遍存在的精神堕落作为歌吟对象,精心培育出一朵朵病态之花。因此,《致读者》是一首精彩的“言志”诗。诗的语言生动,形象,令人触目惊心!

 

 

 

 

夏尔·波德莱尔

杨松河译2003

 

 

    转藏 全屏 打印 分享 献花(0

    0条评论

    发表

    请遵守用户 评论公约

    类似文章 更多